COMMENT SE DEROULE UN COACHING?


Première séance

Selon la situation et les objectifs du client –la personne coachée–, lui même et le coach déterminent ensemble le mode d’entrée approprié et les modalités de travail convenant le mieux au binôme client-coach et à la progression envisagée. La première séance (entretien d’environ 2 heures) est réservée à cette prise de contact.
Outre le fait de faire connaissance, ce premier entretien aboutit à l’élaboration conjointe du « Contrat de coaching » ou « Accord de coaching ». Fondateur de la suite du travail en commun, il formalise l’engagement des deux (trois) parties..

Si opportun, à l’issue de cette première séance, un « Accord » est signé entre les deux parties (la personne coachée et le coach), ou trois parties ( entre l’institution (prescripteur du coaching), la personne coachée et le coach). Cet Accord mentionne les objectifs de développement professionnel visés, les conditions de réalisation du coaching (nombre de séances, calendrier, lieu(x) et durée des entretiens, confidentialité, etc.) et ses modalités financières.


Séances suivantes

Un rendez-vous est pris en fin de séance pour la séance suivante et les modalités de travail en sont rappelées ou redéfinies. De même sont convenus les exercices éventuels ou travaux complémentaires (lecture, entraînement, réflexion, etc.) à réaliser par le client.
Chacune des séances (entretien de 2h) est alors consacrée à l’expression, puis à l’explicitation, d’une ou plusieurs situations-problèmes choisie(s) par le client. Le rôle du coach est de faciliter la parole par l’écoute active et de guider son client, par un questionnement progressif et centré (notion de « focalisation progressive »), dans sa découverte des voies de résolution qui lui conviennent. Au fur et à mesure des séances, des questions se précisent, des pistes de progrès ou de mieux-être professionnel apparaissent, leurs conditions de mise en œuvre ou d’existence sont explicitées. Les évolutions de ses comportements qui s’en suivent, les nouvelles façons d’être en relation ou en inter-action avec tel ou tel collègue (homologue, collaborateur, responsable hiérarchique, partenaire ou client) et les pratiques mises en œuvre en situation de travail sont évaluées par le client, puis si elles lui paraissent satisfaisantes, sont consolidées avec l’aide du coach.

Ce travail sur soi consiste essentiellement en une mise en conscience des situations-problèmes et en une élucidation des facteurs qui les génèrent. Il peut s’agir de facteurs endogènes (sa propre personnalité, ses représentations, son vécu ou son interprétation des situations,…) ou de facteurs exogènes (des faits, des données objectives, le comportement d’autrui, …). La question principale traitée est : comment être mieux soi-même, pour soi et dans ses relations interpersonnelles, pour mieux réussir professionnellement ou pour être plus efficace ? Cette question peut être abordée avec le client sous divers registres tels que l’affectivité ou l’image de soi, ses croyances ou ses valeurs, son sentiment d’échec ou de réussite, voire encore sa « carte du monde » ou « son histoire familiale ».

Selon la progression du travail au fil des séances, le coach a pour mission d’amener le client à reconnaître ses talents ou son potentiel, puis à les consolider par des travaux, des expérimentations ou des recherches personnelles complémentaires (lectures, réflexion, rencontres d’autres spécialistes, etc.). Le coach n’agit pas en tant qu’expert de tel ou tel domaine technique, mais comme expert des processus de changement, d’apprentissage et de développement professionnel, considérant le client comme expert de sa propre activité.


Point d’avancement intermédiaire

Outre les évaluations faites par le client au cours des séances ou d’une séance sur l’autre, et la consolidation par le coach des réussites constatées, un temps est consacré, lors d’une séance à mi-parcours (généralement la 4ème ou la 5ème) à un point d’avancement intermédiaire du coaching. Ce bilan à mi-parcours a pour fonction d’acter les progrès constatés par le client et d’éventuellement orienter la suite selon des objectifs à nouveau précisés, d’adapter telle modalité de travail lors des séances restantes.
Il se peut alors que soit exprimé par le client le besoin de quelques séances supplémentaires, notamment dans le cas d’un volet de conseil ou d’apports méthodologiques couplé au coaching proprement dit. Dans cette hypothèse, cette demande de séances supplémentaires doit être formulée par le client vis à vis du prescripteur et du service ad-hoc de l’entreprise gestionnaire des budgets relatifs à ces actions. Le nombre de ces séances ne peut dépasser 50% du nombre de séances convenu dans le contrat ou l’accord initial (12 séances maximum au total pour 8 séances initialement prévues, par exemple).

Si au cours de ce bilan à mi-parcours, le client fait part de difficultés personnelles dont le dépassement ou le traitement relèveraient d’autres types d’intervention, comme la psychothérapie, le coach proposera au client d’envisager pour lui-même un tel traitement complémentaire avec un spécialiste de son choix. Le coaching est en effet un moyen de développement professionnel, il ne peut se confondre ou se substituer à un traitement thérapeutique lorsque celui-ci paraît nécessaire au client.


Dernière séance

Le dernier entretien est conçu comme tel, au moment de la fixation du rendez-vous, par le client et son coach.
Une évaluation de l’action d’accompagnement (bilan de coaching) est réalisée lors de ce dernier entretien. Ce bilan, de même que les échanges qui ont eu lieu pendant les séances précédentes reste partie intégrante de la relation de coaching. Ces informations sont propriété du client et de son coach, celui-ci s’engageant à n’en rien transmettre, en aucun cas, à l’entreprise ou au prescripteur-commanditaire de l’action. Si le prescripteur souhaite réaliser une évaluation formelle des résultats du coaching, il doit en fixer les modalités avec le client lui-même.

> Le contrat de coaching
> Coaching Oxyzen